Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /htdocs/public/www/spip/config/ecran_securite.php on line 283
The Divorce Generation, Wall Street Journal 9 juillet 2011 - Association [Les Papas = Les Mamans]

The Divorce Generation, Wall Street Journal 9 juillet 2011

lundi 1er août 2011
par Jérôme MESSINGUIRAL
popularité : 4%

NDLR de LPLM : traduction en 2ème partie d’article

Having survived their own family splits, Generation X parents are determined to keep their marriages together. It doesn’t always work.

[DIVORCE1] Stephen Webster

Gen-X’s quest for perfect nests drove us to take out more home equity loans and to spend more on remodeling, per capita, than any generation before it, according to Harvard’s Joint Center for Housing Studies.


Every generation has its life-defining moments. If you want to find out what it was for a member of the Greatest Generation, you ask : "Where were you on D-Day ?" For baby boomers, the questions are : "Where were you when Kennedy was shot ?" or "What were you doing when Nixon resigned ?"

Every generation has its defining moment. For Generation X, it could be : "When did your parents get divorced ?" Susan Gregory Thomas, author of the memoir "In Spite of Everything," explains what she sees as its long-term effects on marriage and parenting.


For much of my generation—Generation X, born between 1965 and 1980—there is only one question : "When did your parents get divorced ?" Our lives have been framed by the answer. Ask us. We remember everything.

When my dad left in the spring of 1981 and moved five states away with his executive assistant and her four kids, the world as I had known it came to an end. In my 12-year-old eyes, my mother, formerly a regal, erudite figure, was transformed into a phantom in a sweaty nightgown and matted hair, howling on the floor of our gray-carpeted playroom. My brother, a sweet, goofy boy, grew into a sad, glowering giant, barricaded in his room with dark graphic novels and computer games.

I spent the rest of middle and high school getting into trouble in suburban Philadelphia : chain-smoking, doing drugs, getting kicked out of schools, spending a good part of my senior year in a psychiatric ward. Whenever I saw my father, which was rarely, he grew more and more to embody Darth Vader : a brutal machine encasing raw human guts.

 

Growing up, my brother and I were often left to our own devices, members of the giant flock of migrant latchkey kids in the 1970s and ’80s. Our suburb was littered with sad-eyed, bruised nomads, who wandered back and forth between used-record shops to the sheds behind the train station where they got high and then trudged off, back and forth from their mothers’ houses during the week to their fathers’ apartments every other weekend.

The divorced parents of a boy I knew in high school installed him in his own apartment because neither of them wanted him at home. Naturally, we all descended on his place after school—sometimes during school—to drink and do drugs. He was always wasted, no matter what time we arrived. A few years ago, a friend told me that she had learned that he had drunk himself to death by age 30.

"Whatever happens, we’re never going to get divorced." Over the course of 16 years, I said that often to my husband, especially after our children were born. Apparently, much of my generation feels at least roughly the same way : Divorce rates, which peaked around 1980, are now at their lowest level since 1970. In fact, the often-cited statistic that half of all marriages end in divorce was true only in the 1970s—in other words, our parents’ marriages.

Not ours. According to U.S. Census data released this May, 77% of couples who married since 1990 have reached their 10-year anniversaries. We’re also marrying later in life, if at all. The average marrying age in 1950 was 23 for men and 20 for women ; in 2009, it was 28 for men and 26 for women.

Before we get married, we like to know what our daily relationship with a partner will be like. Are we good roommates ? A 2007 study published by the National Bureau of Economic Research showed that, among those entering first marriages in the early 2000s, nearly 60% had previously cohabited with their future spouses. According to the U.S. government’s 2002 National Survey of Fertility Growth, 34% of couples who move in together have announced publicly that marriage is in the future ; 36% felt "almost certain" that they’d get hitched, while 46% said there was "a pretty good chance" or "a 50-50 chance."

I believed that I had married my best friend as fervently as I believed that I’d never get divorced. No marital scenario, I told myself, could become so bleak or hopeless as to compel me to embed my children in the torture of a split family. And I wasn’t the only one with strong personal reasons to make this commitment. According to a 2004 marketing study about generational differences, my age cohort "went through its all-important, formative years as one of the least parented, least nurtured generations in U.S. history." Census data show that almost half of us come from split families ; 40% were latch-key kids.

People my parents’ age say things like : "Of course you’d feel devastated by divorce, honey—it was a horrible, disorienting time for you as a child ! Of course you wouldn’t want it for yourself and your family, but sometimes it’s better for everyone that parents part ways ; everyone is happier."

Such sentiments bring to mind a set of statistics in "Generations" by William Strauss and Neil Howe that has stuck with me : In 1962, half of all adult women believed that parents in bad marriages should stay together for the children’s sake ; by 1980, only one in five felt that way. "Four-fifths of [those] divorced adults profess to being happier afterward," the authors write, "but a majority of their children feel otherwise."

[DIVORCE jump1] 20th Century Fox

Many Generation X parents are all too familiar with the brutal court fights of their parents, and today, ’friendly divorces’ are increasingly common. Here, Kathleen Turner and Michael Douglas in 1989’s ’The War of the Roses.’


But a majority of their children feel otherwise. There is something intolerable about that clause. I can’t help feeling that every divorce, in its way, is a re-enactment of "Medea" : the wailing, murderously bereft mother ; the cold father protecting his pristine, new family ; the children : dead.

When I had my first child at 32, I went into therapy for a while to sort through, among other things, just why the world—as open and wonderful as it had become with my child’s presence—had also become more treacherous than I ever could have imagined. It wasn’t until my daughter was a few months old that it dawned on me that when the pediatricians and child-care books referred to "separation anxiety," they were referring to the baby’s psyche, not to mine.

The thought of placing her in someone else’s care sent waves of pure, white fear whipping up my spine. It occurred to me that perhaps my own origins had something to do with what a freak show I was. After hearing about my background for some time, my distinguished therapist made an announcement : "You," she said, "are a war orphan."

Orphans as parents—that’s not a bad way to understand Generation X parents. Having grown up without stable homes, we pour everything that we have into giving our children just that, no matter how many sacrifices it involves. Indeed, Gen-X’s quest for perfect nests drove us to take out more home equity loans and to spend more on remodeling, per capita, than any generation before it, according to Harvard’s Joint Center for Housing Studies.

[DIVORCE jump]

Marketing surveys reveal that Generation X mothers don’t seek parenting advice from their own moms. Why would we take counsel from the very people who, in our view, flubbed it all up ? Instead, says the research, we depend on the people who actually raised us, albeit wolf-pack style : our friends.

To allow our own marriages to end in divorce is to live out our worst childhood fears. More horrifying, it is to inflict the unthinkable on what we most love and want to protect : our children. It is like slashing open our own wounds and turning the knife on our babies. To consider it is unbearable.

My husband and I were as obvious as points on a graph in a Generation X marriage study. We were together for nearly eight years before we got married, and even though statistics show that divorce rates are 48% higher for those who have lived together previously, we paid no heed.

We also paid no heed to his Catholic parents, who comprised one of the rare reassuringly unified couples I’d ever met, when they warned us that we should wait until we were married to live together. As they put it, being pals and roommates is different from being husband and wife. How bizarrely old-fashioned and sexist ! We didn’t need anything so naïve or retro as "marriage." Please. We were best friends.

Sociologists, anthropologists and other cultural observers tell us that members of Generation X are more emotionally invested in our spouses than previous generations were. We are best friends ; our marriages are genuine partnerships. Many studies have found that Generation X family men help around the house a good deal more than their forefathers. We depend on each other and work together.

Adultery is far more devastating for us than it was for our parents or grandparents. A 2003 study by the late psychologist Shirley Glass found that the mores of sexual infidelity are undergoing a profound change. The traditional standard for men—love is love and sex is sex—is dying out. Increasingly, men and women develop serious emotional attachments with their would-be lovers long before they commit adultery. As a result, she found, infidelity today is much more likely to lead to divorce.

Everett Collection

In ’Kramer vs. Kramer’ (1979) young Billy is caught in a custody battle.DIVORCE jump2


Call us helicopter parents, call us neurotically attached, but those of us who survived the wreckage of split families were determined never to inflict such wounds on our children. We knew better. We were doing everything differently, and the fundamental premise was simple : "Kids come first" meant that we would not divorce.

But marriages do dissolve, even among those determined never to let it happen. After nine years, my husband and I had become wretched, passive-aggressive roommates. I had given up trying to do anything in the kitchen and had not washed a dish in a year. My husband had not been able to "find time" to read the book I had written. We rarely spoke, except about logistics. We hadn’t slept in the same room for at least two years, a side effect of the nighttime musical bed routine that parents of so many young children play in semiconsciousness for years on end.

Yet I never considered divorce. It never even entered my mind. I was grateful that my babies had a perfect father, for our family meals, for the stability of our home, for neighborhood play dates.

But then, one evening, I found myself where I vowed I’d never be : miserable, in tears, telling my husband that we were like siblings who couldn’t stand each other rather than a couple, and listening as my husband said he felt as though we had never really been a couple and regretted that we hadn’t split up a decade earlier. "I’m done," he said. It was as if a cosmic force had been unleashed ; the awful finality of it roared in like an enormous black cloud blotting out the sky, over every inch of the world. It was done.

That was four years ago. Even now, I still wonder every day if there was something that I—we—could have done differently. Like many of my cohort, the circumstances of my upbringing led me to believe that I had made exactly the right choices by doing everything differently from my parents.

I had married the kindest, most stable person I’d ever known to ensure that our children would never know anything of the void of my own childhood. I nursed, loved, read to and lolled about with my babies—restructured and re-imagined my career—so that they would be secure, happy, attended to. My husband and I made the happiest, most comfy nest possible. We worked as a team ; we loved our kids ; we did everything right, better than right. And yet divorce came. In spite of everything.

I don’t know what makes a good marriage. I am inclined to think that Mark Twain was right when he wrote in an 1894 journal : "No man or woman really knows what perfect love is until they have been married a quarter of a century." But I did know something about divorce, and I wanted—and my former husband wanted—to do it as "well" as possible.

Many of us do. The phrase "friendly divorce" may strike some as an oxymoron, but it is increasingly a trend and a real possibility. Relatively inexpensive and nonadversarial divorce mediation—rather than pricey, contentious litigation—is now more common than ever. Many of us are all too familiar with the brutal court fights of our parents, and we have no intention of putting our kids through it, too. According to a recent University of Virginia study, couples who decide to mediate their divorce are more likely than those who go to court to talk regularly about the children’s needs and problems, to participate in school and special events, daily activities, holidays and vacations.

We may not make it in marriage, but we still want to make it as parents. In the ’70s, only nine states permitted joint custody. Today, every state has adopted it. It was once typical for dads to recede from family life, or to drop out altogether, in the wake of a divorce. But dads are critical in helping kids to develop self-esteem and constructive habits of behavior. A 2009 study published in the journal Child Development found, for example, that teenagers with involved fathers are less likely to engage in risky sexual activities.

Joint custody also reduces family strife. According to a 2001 study, couples with such arrangements report less conflict with their former spouses than sole-custody parents—an important finding, since judges have worried, historically, that joint custody exposes children to ongoing parental fighting. Some divorced couples have even decided to continue living together in different parts of the home—or to "swap out" each week—in order to maintain some measure of stability for their kids.

I have yet to meet the divorced mother or father who feels like a good parent, who professes to being happier with how their children are now being raised. Many of us have ended up inflicting pain on our children, which we did everything to avoid.

But we have not had our parents’ divorces either. We can only hope that in this, we have done it differently in the right way.

—Adapted from "In Spite of Everything : A Memoir" by Susan Gregory Thomas, to be published by Random House next week. Copyright © by Susan Gregory Thomas.

Acces to the book

Source : http://online.wsj.com/article/SB100...


 

 

 

 

Traduction fourni par google traduction

Ayant survécu à leur propre famille se divise, la génération des parents X sont déterminés à garder leur mariage ensemble. Il ne fonctionne pas toujours.
Quête de Gen-X pour les nids parfaite qui nous a poussé à prendre davantage de prêts immobiliers et à dépenser plus sur le remodelage, par habitant, que toute autre génération avant elle, selon le Centre commun de Harvard pour études sur l’habitation.

Chaque génération a sa vie, des moments marquants. Si vous voulez savoir ce que c’était pour un membre de la grande génération, vous demandez : « Où étiez-vous le jour J ?" Pour les baby-boomers, les questions sont : « Où étiez-vous quand Kennedy a été assassiné ?" ou "Que faisiez-vous quand Nixon a démissionné ?"

Chaque génération a son moment déterminant. Pour la génération X, elle pourrait être : « Quand vos parents ont divorcé ?" Susan Gregory Thomas, auteur du mémoire "En dépit de tout », explique ce qu’elle considère comme son effets à long terme sur le mariage et la parentalité.

Pour beaucoup de ma génération-Generation X, nés entre 1965 et 1980-il ya une seule question : « Quand vos parents ont divorcé ?" Nos vies ont été encadrées par la réponse. Demandez-nous. Nous nous souvenons de tout.

Quand mon père a quitté au printemps 1981 et a déménagé cinq Etats l’écart avec son assistante de direction et de ses quatre enfants, le monde comme je l’avais connue, elle a pris fin. Dans mes 12 ans, les yeux, ma mère, une ancienne royale, figure érudite, a été transformé en un fantôme dans une chemise de nuit en sueur et les cheveux emmêlés, hurlant sur le sol de notre salle de jeux gris-moquette. Mon frère, un bonbon, le garçon maladroit, a grandi dans un triste, terrible et gigantesque, barricadé dans sa chambre avec sombres romans graphiques et les jeux informatiques.

J’ai passé le reste de l’école intermédiaire et secondaire des ennuis dans la banlieue de Philadelphie : un gros fumeur, de la drogue, kické hors des écoles, passé une bonne partie de ma dernière année dans un service psychiatrique. Quand je voyais mon père, qui était rarement, il a grandi de plus en plus d’incarner Dark Vador : une machine brutale enfermant premières entrailles humaines.

En grandissant, mon frère et moi étions souvent laissés à nous-mêmes, les membres du troupeau géant de enfants à la clé de migrants dans les années 1970 et 80. Notre quartier était jonché aux yeux tristes, meurtri nomades, qui ont erré et-vient entre utilisé record magasins à l’abris derrière la gare où ils ont obtenu de haute puis péniblement off, et revenir de leurs maisons mères pendant la semaine pour leurs pères appartements chaque week-end d’autres.

Les parents ont divorcé d’un garçon que je connaissais au lycée l’avait installé dans son propre appartement, car aucun d’eux l’a voulu à la maison. Naturellement, nous sommes tous descendus sur sa place après l’école, parfois pendant leurs études, à boire et à prendre de la drogue. Il a toujours été gaspillé, peu importe à quelle heure nous sommes arrivés. Il ya quelques années, un ami m’a dit qu’elle avait appris qu’il avait lui-même bu à la mort à 30 ans.
"Quoi qu’il arrive, nous n’allons jamais de divorcer." Au cours de 16 ans, j’ai dit que, souvent, à mon mari, surtout après nos enfants sont nés. Apparemment, beaucoup de ma génération se sent moins à peu près la même manière : les taux de divorce, qui a culminé autour de 1980, sont maintenant à leur plus bas niveau depuis 1970. En fait, le chiffre souvent cité que la moitié des mariages finissent par un divorce était vrai que dans les années 1970-en d’autres termes, les mariages de nos parents.

Pas la nôtre. Selon les données du recensement américain a publié ce mois de mai, 77% des couples mariés depuis 1990 ont atteint leurs 10 ans anniversaires. Nous sommes aussi se marier plus tard dans la vie, voire pas du tout. L’âge moyen du mariage en 1950 était de 23 pour les hommes et 20 pour les femmes ; en 2009, il était de 28 pour les hommes et 26 pour les femmes.

Avant de nous marier, nous aimons savoir ce que notre relation quotidienne avec un partenaire sera. Sommes-nous colocataires bonne ? Une étude de 2007 publiée par le National Bureau of Economic Research a montré que, parmi ceux qui entrent les premiers mariages dans les années 2000, près de 60% avaient déjà cohabité avec leurs futurs époux. Selon le gouvernement américain 2002 de l’Enquête nationale sur la fertilité de croissance, 34% des couples qui emménagent ensemble ont annoncé publiquement que le mariage est dans le futur ; 36% se sentaient « presque certain » qu’ils avaient s’épouser, tandis que 46% ont dit qu’il était "une assez bonne chance" ou "une probabilité de 50-50."

J’ai cru que j’avais épousé mon meilleur ami autant de ferveur que je croyais que je n’avais jamais divorcer. Aucun scénario matrimonial, je me suis dit, pourrait devenir si sombre ou désespéré pour m’obliger à intégrer mes enfants dans la torture d’une famille divisée. Et je n’étais pas le seul à avoir de fortes raisons personnelles à prendre cet engagement. Selon une étude réalisée en 2004 marketing sur les différences générationnelles, mon groupe d’âge "a connu sa plus haute importance, années de formation comme l’un des moins apparenté au moins, nourri des générations de l’histoire américaine." Les données du recensement montrent que près de la moitié d’entre nous viennent de familles éclatées ; 40% ont été clé au cou des enfants.

Les gens l’âge de mes parents disent des choses comme : "Bien sûr, vous vous sentiriez dévastée par le divorce, le miel, c’était horrible, le temps désorientant pour vous comme un enfant Bien sûr, vous ne le voulez pour vous et votre famille, mais ! parfois, c’est mieux pour tout le monde que les parents se séparer ;. tout le monde est heureux "

De tels sentiments évoquent un ensemble de statistiques dans "Générations" de William Strauss et Neil Howe qui a collé avec moi : En 1962, la moitié des femmes adultes croient que les parents de mauvais mariages doivent rester ensemble pour le bien des enfants ; en 1980, seulement un sur cinq étaient de cet avis. "Les quatre cinquièmes de [ces] adultes divorcés professent d’être heureux par la suite," écrivent les auteurs, "mais une majorité de leurs enfants se sentent autrement."
Beaucoup de parents de la génération X ne sont que trop familiers avec les combats de la cour brutale de leurs parents, et aujourd’hui, les divorces amicales »sont plus fréquentes. Ici, Kathleen Turner et Michael Douglas en 1989 de « La Guerre des Roses ».

Mais une majorité de leurs enfants se sentent autrement. Il ya quelque chose à propos intolérables de cette clause. Je ne peux pas m’empêcher de penser que chaque divorce, à sa manière, est une reconstitution de "Médée" : les lamentations, la mère meurtrière dépourvu ; le père froide protéger son immaculée, nouvelle famille, les enfants : morts.

Quand j’ai eu mon premier enfant à 32 ans, je suis allé en thérapie pendant un certain temps à trier, entre autres choses, juste pourquoi le monde plus ouvert et le merveilleux comme il était devenu avec la présence-eu mon enfant est aussi devenue plus dangereuse que je n’ai jamais aurait pu imaginer. Il n’était pas jusqu’à ce que ma fille était âgé de quelques mois qu’il m’est apparu que lorsque les pédiatres et les soins aux enfants livres mentionnés à « l’anxiété de séparation,« ils se référaient à la psyché du bébé, et non pas à la mienne.

La pensée de la plaçant dans les soins de quelqu’un d’autre a envoyé des ondes de pur, de la peur blanche à fouetter jusqu’à ma colonne vertébrale. Il m’est apparu que peut-être mes origines avait quelque chose à voir avec ce que un freak show j’étais. Après avoir entendu sur mon parcours depuis quelque temps, mon thérapeute distingués ont fait une annonce : « Vous », dit-elle, « sont un orphelin de guerre."

Orphelins de parents-qui n’est pas une mauvaise façon de comprendre les parents de la génération X. Ayant grandi sans domicile stable, nous versez tout ce que nous avons en donnant à nos enfants juste que, peu importe combien de sacrifices qu’elle implique. En effet, la quête de Gen-X pour les nids parfaite qui nous a poussé à prendre davantage de prêts immobiliers et à dépenser plus sur le remodelage, par habitant, que toute autre génération avant elle, selon le Centre commun de Harvard pour études sur l’habitation.

Des études de marché révèlent que les mères de la génération X ne consultent pas de parents de leurs propres mères. Pourquoi devrions-nous prendre conseil auprès des personnes mêmes qui, à notre avis, bousillé tout ça ? Au lieu de cela, dit que la recherche, nous comptons sur des gens qui en fait nous a soulevés, quoique le loup-pack style : nos amis.

Pour permettre à nos propres mariages pour mettre fin au divorce est de vivre notre enfance, craint le pire. Plus horrible, il est d’infliger l’impensable sur ce que nous aimons le plus et nous voulons protéger nos enfants. C’est comme Slashing ouvrir nos propres blessures et de tourner le couteau sur nos bébés. Pour le compte est insupportable.

Mon mari et moi avons été aussi évident que les points sur un graphique dans une étude du mariage de la génération X. Nous étions ensemble depuis près de huit ans avant nous nous sommes mariés, et même si les statistiques montrent que les taux de divorce sont 48% plus élevé pour ceux qui ont vécu ensemble auparavant, nous avons payé aucune attention.

Nous avons aussi payé aucune attention à ses parents catholiques, qui représentaient l’un des rares couples rassurante unifiée que je n’avais jamais rencontré, quand ils nous ont prévenus que nous devrions attendre jusqu’à ce que nous nous sommes mariés à vivre ensemble. Comme ils le disent, être copains et des colocataires est différent d’être mari et femme. Comment bizarrement démodé et sexiste ! Nous n’avons pas besoin de quelque chose de si naïf ou rétro que « mariage ». S’il vous plaît. Nous étions les meilleurs amis.

Sociologues, anthropologues et autres observateurs culturels nous disent que les membres de la génération X sont plus émotionnellement investi dans nos conjoints que les générations précédentes ont été. Nous sommes meilleurs amis, nos mariages sont de véritables partenariats. De nombreuses études ont montré que les hommes de la génération X familiale aide à la maison beaucoup plus que leurs prédécesseurs. Nous dépendons les uns des autres et travailler ensemble.

L’adultère est beaucoup plus dévastatrice pour nous que c’était pour nos parents ou grands-parents. Une étude menée en 2003 par le regretté psychologue Shirley verre constaté que les mœurs de l’infidélité sexuelle subissent un profond changement. La norme traditionnelle pour les hommes l’amour est l’amour et le sexe est le sexe est en voie de disparition. De plus en plus, les hommes et les femmes de développer de graves attachements émotionnels avec leur soi-disant amoureux bien avant qu’ils ne commettent l’adultère. En conséquence, elle a trouvé, aujourd’hui, l’infidélité est beaucoup plus susceptible de conduire à un divorce.
Appelez-nous, parents d’hélicoptère, appelez-nous attachés névrotique, mais ceux d’entre nous qui ont survécu au naufrage de l’éclatement des familles ont été déterminés à ne jamais infliger de telles blessures sur nos enfants. Nous savions mieux. Nous faisions tout différemment, et le principe fondamental était simple : « Les enfants d’abord » signifiait que nous ne serions pas le divorce.

Mais les mariages ne se dissolvent, même parmi ceux qui sont déterminés à ne jamais laisser se produire. Après neuf ans, mon mari et moi étions devenus misérables, passif-agressif colocataires. Je n’avais renoncé à rien faire dans la cuisine et ne s’était pas lavé un plat en un an. Mon mari n’avait pas été en mesure de "trouver le temps" pour lire le livre que j’avais écrit. Nous avons rarement parlé, sauf sur la logistique. Nous n’avions pas dormi dans la même pièce pendant deux ans au moins, un effet secondaire de la routine musicale lit la nuit que les parents de jeunes enfants tant jouer dans semi-conscience pendant des années.

Pourtant, je n’ai jamais considéré le divorce. Il n’a même jamais entré dans mon esprit. Je suis reconnaissant que mes bébés avaient un père parfait, pour nos repas de famille, pour la stabilité de notre maison, pour des dates de jeu du quartier.

Mais alors, un soir, je me suis retrouvé là où je me suis promis que je ne serais jamais : misérable, en larmes, disant à mon mari que nous étions comme des frères et sœurs qui ne pouvaient pas supporter les uns les autres plutôt que d’un couple, et l’écoute que mon mari a dit qu’il senti comme si nous n’avions jamais vraiment été un couple et a regretté que nous n’avions pas diviser une décennie plus tôt. « Je suis fait », at-il dit. C’était comme si une force cosmique avait été déclenchée, la finalité c’est terrible de rugit comme un énorme nuage noir effaçant le ciel, sur chaque pouce de la planète. Il a été fait.

C’était il ya quatre ans. Même maintenant, je me demande encore chaque jour s’il y avait quelque chose que je-nous-pu faire différemment. Comme beaucoup de mes cohortes, les circonstances de mon éducation m’a amené à croire que j’avais fait exactement le bon choix en faisant tout différemment de mes parents.

J’avais épousé le plus aimable, la personne la plus stable que j’ai jamais connue afin de s’assurer que nos enfants ne savez jamais quoi que ce soit du vide de ma propre enfance. J’ai soigné, aimé, lu à propos et se prélassait avec mes bébés-restructuré et ré-imaginé ma carrière, afin qu’ils seraient sécurisé, heureux, ont assisté à l’. Mon mari et moi avons fait le plus heureux, plus confortables nids possibles. Nous avons travaillé en équipe ; nous avons aimé nos enfants ; nous avons fait tout droit, mieux que la droite. Et pourtant, le divorce est venu. En dépit de tout.

Je ne sais pas ce qui fait un bon mariage. Je suis enclin à penser que Mark Twain avait raison quand il écrivait dans une revue 1894 : "Aucun homme ou femme ne sait vraiment ce qu’est l’amour parfait est jusqu’à ce qu’ils aient été mariés d’un quart de siècle." Mais je savais quelque chose sur le divorce, et je voulais, et mon ex-mari a voulu-le faire aussi "bien" que possible.

Beaucoup d’entre nous. L’expression « divorce amical" peut frapper certains comme un oxymore, mais il est de plus en plus une tendance et une possibilité réelle. Le divorce relativement peu coûteux et non antagoniste médiation plutôt que cher, contentieux des litiges, est maintenant plus fréquent que jamais. Beaucoup d’entre nous sont trop familiers avec les combats de la cour brutale de nos parents, et nous n’avons aucune intention de mettre nos enfants à travers elle, aussi. Selon une université récente étude de la Virginie, les couples qui décident de régler leurs divorces sont plus susceptibles que ceux qui vont au tribunal pour parler régulièrement sur les besoins des enfants et des problèmes, de participer à des événements scolaires et spéciaux, des activités quotidiennes, jours fériés et les vacances.

Nous ne pouvons pas faire dans le mariage, mais nous voulons toujours le faire en tant que parents. Dans les années 70, seuls neuf États autorisé la garde conjointe. Aujourd’hui, chaque Etat a adopté. Il était une fois typique pour les papas à reculer de la vie de famille, ou d’abandonner tout à fait, dans le sillage d’un divorce. Mais les papas sont essentiels pour aider les enfants à développer leur estime de soi et les habitudes constructives de comportement. Une étude de 2009 publiée dans la revue Child Development constaté, par exemple, que les adolescents avec des pères impliqués sont moins susceptibles de s’engager dans des activités sexuelles risquées.

La garde conjointe permet également de réduire les querelles familiales. Selon une étude de 2001, les couples avec de tels arrangements rapport de moins de conflits avec leurs ex-conjoints que seule la garde-parents d’une constatation importante, car les juges se sont inquiétés, historiquement, que la garde conjointe expose les enfants à combattre parentale en cours. Certains couples divorcés ont même décidé de continuer à vivre ensemble dans différentes parties de la maison ou au "swap out" chaque semaine en vue de maintenir une certaine stabilité à leurs enfants.

Je n’ai pas encore rencontré la mère ou le père divorcé qui se sent comme un bon parent, qui professe d’être plus heureux avec la façon dont leurs enfants sont maintenant soulevées. Beaucoup d’entre nous ont fini par infliger de la douleur sur nos enfants, que nous avons tout fait pour éviter.

Mais nous n’avons pas eu de divorces de nos parents non plus. Nous pouvons seulement espérer que cela, nous avons fait différemment dans le droit chemin.


Adapté de "En dépit de tout : A Memoir" par Susan Gregory Thomas, qui sera publié par Random House la semaine prochaine. Copyright © par Susan Gregory Thomas.

Acheter le livre


Top Articles