Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /htdocs/public/www/spip/config/ecran_securite.php on line 283
Etude de l'INSEE et de l'INED, Divorce : les enfants majeurs voient peu leur père, surtout dans les milieux modestes - Association [Les Papas = Les Mamans]

Etude de l’INSEE et de l’INED, Divorce : les enfants majeurs voient peu leur père, surtout dans les milieux modestes

jeudi 19 juin 2008
popularité : 4%

Près de la moitié des enfants majeurs de parents séparés ne voient jamais leur père si celui-ci est ouvrier ou employé non qualifié, contre 13% des enfants de cadre, selon une étude de l’Insee rendue publique jeudi.

NDLR de LPLM : enfin une étude sur les liens père/enfant après séparation, les chiffres présentés confirment ce que nous avons observés sur le terrain et montrent à quel point nos propositions sont fondées et méritent d’être encore plus approfondies ( cliquer ici ). Cette étude a été réalisé en partie dans la période pré et post électorale alors que la famille a été absente des débats électoraux. On note que les séparations sont noyées au milieu de l’étude sur les familles monoparentales alors que 74% des familles monoparentales sont dues aux séparations, on ne peut donc aides ces familles qu’en s’occupant en amont des séparations par exemple en valorisant les rôles du père et son implication en constante progression malgré les chiffres toujours orientés dans le sens d’une secondarisation du père voir d’une exclusion ( dans 90% des séparations les enfants sont confiés à la mère et les avocats préviennent les pères que demander la résidence principale est utopique d’où les faibles demandes de résidence principale des pères

Par Martine VERON

PARIS, 18 juin 2008 (AFP) -

Lorsqu’un couple se sépare, le maintien de fortes relations entre l’enfant et chacun des deux parents devient plus difficile. Devenus adultes, les enfants résident le plus souvent près de leur mère, avec qui ils ont été le plus proches enfant, et ce sont les relations avec le père qui sont les plus affectées.

Lorsqu’on les interroge, les pères divorcés se disent d’ailleurs peu satisfaits des relations avec leurs enfants adultes alors que c’est moins le cas des mères.

L’enquête réalisée par l’Insee et l’Ined à l’automne 2005 auprès de 10.079 personnes de 18 à 79 ans, révèle que les pères de milieu modeste ont de plus grandes difficultés à garder des relations avec leur enfant.

46% d’enfants majeurs de parents séparés, dont le père est ouvrier ou employé non qualifié, ne le voient jamais, contre 13% d’enfants de cadre. 19% le voient au moins une fois par mois, contre 48% de ceux qui ont un père cadre.

Le milieu social de la mère pèse aussi, mais moins : 78% des enfants de mère cadre la voient au moins une fois par mois contre 61% quand la mère n’a jamais travaillé.

Et l’absence totale de relation entre un enfant adulte et sa mère reste marginale (9%).

La distance géographique pénalise tous les pères, mais les ouvriers et employés ont plus de mal à surmonter cet obstacle.

Lorsque les parents sont séparés, les enfants majeurs habitent plus souvent loin de leur père (48% à plus de deux heures, contre seulement 20% quand les parents sont ensemble).

Dans les milieux plus aisés, la distance est moins un obstacle car elle est banalisée par les études supérieures des enfants ou la profession des parents, sans compter bien sûr l’aspect financier, mieux pesant dans les couches aisées de la population.

D’autres éléments interviennent dans les relations entre enfants adultes et parents séparés, comme l’âge de l’enfant au moment de la séparation.

Après une rupture, la moitié des pères vivent une séparation précoce avec l’enfant. Un enfant adulte de couple séparé sur deux a cessé de vivre avec son père avant sa majorité, contre seulement un sur cinq avec sa mère.

La séparation est plus souvent précoce pour les pères ouvriers ou employés que pour les cadres.

Les recompositions familiales sont aujourd’hui fréquentes puisque 68% des enfants majeurs de parents divorcés ont vu leur mère se remettre en couple et 79% ont vu leur père faire de même, selon l’enquête.

Si, pour la mère, la remise en couple n’a pas d’incidence sur ses relations avec son enfant adulte, celles-ci sont fréquemment rompues avec le père quand celui-ci a une nouvelle compagne : 29% des enfants dont le père s’est remis en couple ne le voient jamais, contre 22% de ceux dont le père est resté seul.


intégralité de la parution INSEE en PDF en bas de page

Insee Première n°1195 - juin 2008 Les familles monoparentales

Des difficultés à travailler et à se loger Sources

Les résultats proviennent des enquêtes annuelles de recensement de 2004 à 2007.

Les situations familiales, comme la structure par âge, correspondent à des structures moyennes sur les quatre années de collecte. Les effectifs donnent une estimation des niveaux atteints au 1er juillet 2005.

Dans ces enquêtes, les personnes déclarent directement leur situation vis-à-vis de l’emploi. La situation déclarée peut être différente de celle qui serait déterminée à partir des définitions édictées par le Bureau international du travail (BIT). Ces définitions s’appuient sur plusieurs critères que seule l’enquête Emploi permet de vérifier. Le nombre de personnes se déclarant spontanément au chômage est notamment plus élevé que le nombre de chômeurs au sens du BIT.

L’encadré s’appuie sur les résultats de l’enquête « Étude des relations familiales intergénérationnelles » (Erfi), réalisée par l’Insee et l’Ined à l’automne 2005 auprès de 10 079 personnes âgées de 18 à 79 ans.

Définitions

Une famille monoparentale est formée d’un parent et d’un ou plusieurs de ses enfants qui ont la même résidence principale. Le parent ne partage pas sa résidence principale avec un conjoint.

Un « enfant » au sens du recensement est une personne célibataire qui habite avec au moins un de ses parents et qui n’est lui-même ni parent, ni conjoint d’un autre habitant de sa résidence principale. En cas de séparation des parents, même si l’enfant est hébergé tantôt chez l’un tantôt chez l’autre parent, il n’est rattaché qu’à un seul ménage, pour ne compter chacun qu’une fois. C’est le ménage du parent chez qui il séjourne le plus souvent. À défaut, il est rattaché au ménage où il est présent le jour du recensement.

Dans cette étude, les familles monoparentales et « les couples avec enfants » sont définis en ne prenant en compte que les enfants âgés de 24 ans ou moins. Pour les enquêtes annuelles de recensement, ce seuil correspond à l’âge à la date de recensement.

Un « couple avec enfants » au sens du recensement est une famille formée d’un homme et d’une femme qui vivent en couple, mariés ou non, avec leurs enfants, communs ou non, dans la même résidence principale. Si le logement n’est pas la résidence principale d’un des conjoints, la famille est considérée comme monoparentale, que le couple soit séparé ou non.

L’indice de peuplement caractérise le degré d’occupation du logement, par comparaison entre le nombre de pièces qu’il comporte et un nombre de pièces considérées comme nécessaires au ménage. Ce dernier nombre attribue à chaque ménage : une pièce de séjour pour le ménage, une pièce pour chaque couple et pour les célibataires de 19 ans ou plus. Pour les célibataires de moins de 19 ans, il attribue une pièce pour deux enfants s’ils sont de même sexe ou s’ils ont moins de sept ans, sinon une pièce par enfant. Un logement auquel il manque une pièce est dit en situation de « surpeuplement modéré ». S’il manque deux pièces ou plus, il est dit en « surpeuplement accentué ».

Bibliographie

*

Chardon O., Daguet F., « Enquêtes annuelles de recensement de 2004 à 2007 - L’activité des femmes est toujours sensible au nombre d’enfants », Insee Première n° 1171, janvier 2008. *

Daguet F., « Enquêtes annuelles de recensement de 2004 à 2006 - Seul un tiers des ménages compte plus de deux personnes », Insee Première n° 1153, juillet 2007. *

Algava E., Le Minez S., Bressé S., Pla A., « Les familles monoparentales et leurs conditions de vie », Drees, Études et Résultats n° 389, avril 2005.



Autres articles d’intérêt :
- Il faut objectiver le coût des divorces cliquer ici
- Déménagement vers des destinations lointaines et la domiciliation d’enfant : une décision utile cliquer ici
- Les papas loisirs ? Gérard Révérend, Christine Castelain Meunier, parenthèse radio le 13 juin par Gaëlle Renard cliquer ici
- La famille monoparentale, facteur de précarité cliquer ici

Télécharger le rapport complet de l’étude INSEE en clqiuant sur l’icone PDF ci après.


Documents joints

Insee Première n°1195 - juin 2008 Les familles (...)
Insee Première n°1195 - juin 2008 Les familles (...)

Top Articles