Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /htdocs/public/www/spip/config/ecran_securite.php on line 283
Les parents contribuent aux troubles du sommeil de l'enfant - Association [Les Papas = Les Mamans]

Les parents contribuent aux troubles du sommeil de l’enfant

mercredi 9 avril 2008
par Jérôme MESSINGUIRAL
popularité : 4%

Sortir brièvement l’enfant de son lit pour le réconforter physiquement et verbalement a, au contraire, semblé réduire les troubles du sommeil, a rapporté M. Nielsen.

Le chercheur croit que les cauchemars résultent de difficultés interpersonnelles. Ils seraient ainsi plus communs chez les enfants de familles monoparentales ou de foyers où les conflits sont fréquents, a rapporté M. Nielsen.

JPEG - 12.9 ko La façon dont les parents traitent les troubles du sommeil de leur enfant peut influencer l’heure du dodo pendant toute la petite enfance, croient des chercheurs de l’Université de Montréal.

Les chercheurs ont suivi 987 enfants québécois de l’âge de cinq mois à six ans et ont découvert que les bébés présentant des troubles du sommeil, incluant la difficulté à s’endormir, le réveil pendant la nuit et un sommeil de moins de dix heures par nuit, risquaient davantage d’avoir un sommeil difficile plus tard durant leur enfance.

L’étude, publiée mardi dans Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine, démontre toutefois que la méthode utilisée par les parents pour traiter les troubles du sommeil peut régler ou aggraver le problème.

Selon l’un des auteurs de l’étude, le docteur Tore Nielsen, de l’Hôpital du Sacré-Coeur à Montréal, offrir une bouteille ou de la nourriture à un enfant qui se réveille en pleine nuit ne constitue pas un problème les premiers mois. Si, toutefois, cette méthode est toujours utilisée lorsque l’enfant atteint l’âge de 29 à 41 mois, celui-ci court plus de risques de faire des cauchemars plus tard durant l’enfance.

Sortir brièvement l’enfant de son lit pour le réconforter physiquement et verbalement a, au contraire, semblé réduire les troubles du sommeil, a rapporté M. Nielsen.

Le chercheur croit que les cauchemars résultent de difficultés interpersonnelles. Ils seraient ainsi plus communs chez les enfants de familles monoparentales ou de foyers où les conflits sont fréquents, a rapporté M. Nielsen.

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont remis des questionnaires aux parents de 987 enfants âgés de cinq mois. Chaque année, jusqu’à ce que les enfants atteignent l’âge de six ans, les pères ou les mères ont répondu à des questions sur le sommeil. Les parents devaient aussi faire part de leur comportement à l’heure du dodo.

Sheryl Ubelacker

Presse Canadienne

Toronto




Top Articles